CONFLITS >> Le triangle dramatique

  LE TRIANGLE DRAMATIQUE

LE TRIANGLE DRAMATIQUE

 

 

© Extrait du livre " Manuel de relation d'aide", Jacques et Claire Poujol, Empreinte Temps Présent, 1998. Livre disponible sur le site de la librairie 7ici : http://www.librairie-7ici.com ou par mail 7ici@wanadoo.fr .

 

De nombreux romans, films, contes, ou vaudevillles sont bâtis sur une même dynamique : un méchant s'attaque à une victime. Cela dure jusqu'à ce qu'arrive un bon, qui sauve la victime, et le méchant se retrouve victime.

 

La vie aussi, qu'elle soit familiale, professionnelle ou politique, est pleine de tensions dramatiques, petites ou grandes, qui toutes se situent sur cet axe dynamique qui mène le monde : un persécuteur, une victime, et l'intervention d'un sauveteur.

 

Nous passons environ 75% de notre temps dans l'un ou l'autre de ces trois rôles. S. Karpman a représenté ces rôles sous forme d'un triangle dramatique, appelé aussi triangle S.V.P. (pour Sauveteur, Victime, Persécuteur).

 

 

S                                  V

 

 

 

 

   

    P

 

Ces trois rôles « se gravent » dans nos états du Moi :

 

Le rôle de Persécuteur

 

C'est une forme excessive, critique et dévalorisante, du Parent Normatif Négatif.

 

La personne dans ce rôle se croit obligée ou estime efficace d'être très sévère et méchante alors que ce n'est pas nécessaire. Elle infériorise et dévalorise les autres, les blâme, met à nu leurs défauts, leur fait la morale, ou les incite à se battre entre eux.

 

Elle s'imagine ainsi qu'elle va pouvoir dominer l'autre, mais rien n'est moins sûr. La Victime peut se rebeller ou bien un Sauveteur courra à son secours. Le Persécuteur est quelqu'un qui cherche souvent à se venger d'une frustration.

 

Le rôle de Victime

 

-         Si c'est une Victime soumise, c'est une forme excessive de l'Enfant Soumis Négatif qui amorce les points faibles d'un Sauveteur en exagérant ses handicaps personnels et en se représentant plus faible qu'elle ne l'est. Elle vit un désir comme un besoin impérieux et nécessaire. Ce rôle est souvent associé à la peur de manquer.

 

-         Si c'est une Victime Rebelle, c'est une forme excessive de l'Enfant Rebelle Négatif qui amorce les points faibles d'un Persécuteur. Elle est agressive, revendique et réclame. Ce rôle est souvent associé à la peur de perdre quelqu'un ou quelque chose ou d'être abandonné ou séparé.

 

Le rôle de Sauveteur

 

C'est une forme excessive du Parent Nourricier Négatif, consistant à vouloir aider les autres sans qu'ils aient rien demandé ou même contre leur gré. Bien souvent le Sauveteur n'est même pas compétent pour les aider vraiment. Et s'il l'est, il assure tout le travail à leur place, les rendant dépendants et passifs.

 

Ce rôle est joué par des personnes qui ont un besoin excessif de reconnaissance.

 

Dans le triangle dramatique, on ne peut pas être tout seul : il faut être deux ou plus. En effet il n'y a pas de Victime s'il n'y a pas de Persécuteur, pas de Sauveteur s'il n'y a pas de Victime à sauver et pas de Persécuteur s'il n'y a pas de Victime à attaquer.

 

On peut rentrer dans ce triangle par n'importe quel angle : soit en Victime, soit en Sauveteur, soit en Persécuteur. Mais une fois entré, il faut savoir que l'on adoptera tôt ou tard et obligatoirement les autres positions. C'est pourquoi on l'appelle le triangle dramatique.

 

Par exemple le Sauveteur devient Victime s'il n'obtient pas la reconnaissance espérée et devient le Persécuteur de la Victime qu'il a voulu sauver contre son gré et qui ne lui en est pas reconnaissante.

 

Ce manège de changement réciproque de rôle se représente ainsi :

 

 

S                                       V

 

 

 

 

 


 P

 

Le passage d'une position à l'autre peut se faire très rapidement. Il est à noter que tout être humain à tendance à jouer plus souvent un rôle que les deux autres. Certains ont une tendance à être le Sauveteur des autres, d'autres sont des éternelles Victimes, d'autres enfin sont souvent Persécuteurs.

 

Le triangle dramatique en relation d'aide

 

Si ce triangle est destructeur dans la vie quotidienne, il l'est aussi en relation d'aide.

 

Certaines personnes, par exemple, passent d'un conseiller à un autre. Leur énergie n'est pas utilisée pour progresser, mais pour contrecarrer toutes les possibilités d'amélioration qu'on leur offre. Elles veulent absolument prouver que : « Personne ne peut m'aider », que « ma situation est sans espoir », que « je ne vaux rien et que les conseillers ne valent rien non plus », que « ce que vous me dites est bien, oui, mais ça ne marchera pas pour moi, parce que... ».

 

Vous l'avez reconnu : ces jeux sont typiques de la Victime. Ce sont des patients chroniques que l'on appelle aussi des « tueurs de conseillers ». Vrais professionnels, ils viennent en relation d'aide pour le plaisir de lutter. Ils ont déjà mis K.O. plusieurs conseillers. De Victime ils deviennent très vite Persécuteur.

 

S'ils rencontrent quelqu'un qui joue en Sauveteur à « J'essaie seulement de vous aider », le jeu risque de durer assez longtemps, jusqu'à ce que, exténué (donc Victime), le conseiller finisse par abandonner la partie ou lui reproche (en Persécuteur) sa mauvaise volonté.

 

L'antithèse du triangle dramatique : le triangle thérapeutique

 

On sort du triangle dramatique en se branchant sur l'Adulte et en donnant la juste place au Parent Normatif Positif, au Parent Nourricier Positif et à l'Enfant Libre. Cela permet d'entrer dans le triangle thérapeutique (selon Patricia Coosman), dont les trois pôles sont la Puissance, la Permission et la Protection :

 

 

 

                                              PUISSANCE

                                 

                                             

                                              Plaisir

 

         

         

                     

          PERMISSION                         PROTECTION                                                                      

 

 

Le pôle de Puissance (Enfant Libre) correspond au sentiment présent en soi, de ses possibilités, de sa compétence. Pour le conseiller, ce sentiment repose sur son expérience. Il donne de l'impulsion, de la force, à ses interventions auprès du client.

 

Le pôle de Permission (Parent Nourricier Positif) : c'est la permission de croître, de faire des choses bonnes pour soi-même, de faire autrement que l'on a toujours fait. Les permissions que l'on se donne à soi et aux autres ouvrent de nouvelles perspectives d'existence.

 

Le pôle de Protection (Parent Normatif Positif) : il y est proposé des cadres de références servant de structure au développement personnel ou à la résolution des problèmes. Ces repères aident le client à se prendre en charge dans une situation donnée parce qu'ils y introduisent des éléments de sécurité, même provisoires.

 

Le client peut alors regarder en face ses problèmes.

 

La relation d'aide s'inscrit dans la perspective de ces trois pôles se référant :

 

* à l'authenticité par rapport à soi-même et au client.

 

* Au respect et à la croyance réelle dans les possibilités de soi et de l'autre.

 

* à l'empathie dans la mesure où le niveau d'ouverture à l'autre est maximum et le niveau de défense personnel minimal.

 

* à la confrontation entre l'imaginaire et la réalité en vue d'activer l'Adulte du client.

 

* Et enfin à l'immédiateté si dans l'ici et maintenant, le client peut vivre le fait d'être accepté dans ses possibilités, ses expériences, ce qui l'amènera à se permettre ce même type de relation dans l'ailleurs.

 

Si nous revoyons quelques uns des jeux évoqués jusqu'ici, voici quelles pourraient être les options possibles pour le conseiller.

 

JEU : OUI, MAIS

 

Le client (Victime) :

-         Oui, je suis d'accord avec ce que vous dites mais ça ne marchera pas pour moi, parce que...

Le conseiller :

-         Quelle serait, pour vous, la meilleure solution ? (Adulte) ou : Je suis sûr qu'en y réfléchissant, vous êtes capable de trouver une réponse (Permission).

 

JEU : JE ME CHARGE DE TOUS VOS PROBLEMES

 

Le conseiller évitera de jouer à ce jeu Sauveteur en se branchant sur son Adulte :

« Qu'attendez‑vous exactement de moi ? »

 

JEU : JE SERAI FRANC AVEC VOUS

 

Le client (Persécuteur) :

-         Je n'ai pas du tout aimé cette séance ; je me demande si j'ai bien fait de faire cette relation d'aide avec vous.

Le conseiller :

-         Faites‑moi confiance (Puissance). L'expérience montre que les séances en apparence les plus difficiles sont en réalité celles où l'on progresse le plus.

 

JEU : JE SUIS INCAPABLE

 

Le client (Victime) :

-         Comment voulez‑vous que je fasse ça, moi qui n'ai jamais appris à...

Le conseiller :

-         Oui, comment allez‑vous vous y prendre ? (Adulte)

 

JEU : RACONTEZ‑MOI VOS MALHEURS

 

Le client (Sauveteur) :

-         Vous avez l'air fatigué. Qu'est‑ce qui ne va pas ?

Le conseiller :

-         Ca va, merci. Alors, sur quoi voulez‑vous travailler aujourd'hui ? (Adulte).

 

Nous concluons ce chapitre par une citation d'Eric Berne dans Des jeux et des hommes :

 

« Tandis que j'écris ces lignes, un cloporte traverse mon bureau. Si je le retourne sur le dos, je peux le voir âprement se démener pour se remettre sur ses pattes. Pendant ce temps, il a un but dans la vie. Il est permis de l'imaginer racontant son histoire à la prochaine assemblée des cloportes. Pourtant, à sa fierté, se mêle une certaine déception. Maintenant qu'il a ‘réussi’, la vie lui semble sans but. »

 

Sachons retenir, et transmettre aux personnes que nous cherchons à aider, la philosophie de cette fable, à savoir qu'il vaut mieux réserver son énergie pour des buts positifs (et Dieu sait s'il y a des choses positives à faire sur terre !) que la gaspiller dans les jeux psychologiques négatifs.

 
 
 

Informations détaillées

  Auteur: Jac. & Claire Poujol
  Editeur: Empreinte
  Langue: français
  Année: 1998
  Ajouté le: 27-10-2004

Haut de page